Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Quand le soin en psychiatrie nous rappelle la gériatrie : la souffrance des soignants.

21 Août 2014, 09:28am

Publié par Auguste

Quand le soin en psychiatrie nous rappelle la  gériatrie : la souffrance des soignants.

Extraits d’un texte diffusé par le syndicat Sud.

Le soin en psychiatrie repose essentiellement sur la relation, l’animation, la convivialité, bref «l’hospitalité ».

……………..

Avec l’apparition des protocoles et le règne de la Haute Autorité de Santé, les pratiques se retrouvent engoncées dans des procédures rigides. Le comportement humain ne se met pas en protocole ni en conduite à tenir toutes faites, et ces injonctions tournent parfois à l’absurde.

Certains soignants se replient derrière l’antienne «pas d’initiative, pas de problèmes» car, à la moindre anicroche, c’est la recherche de responsabilités qui prévaut.

Comment travailler sans la nécessaire prise de risque du soin en psychiatrie dans ces conditions ? Comment travailler dans des conditions qui mettent au quotidien les personnels hors les lois ?

……………..

Ne pas parler de notre impuissance, c'est éviter de nommer la toute puissance dans laquelle nous sommes amenés à nous placer.

Ainsi, la fugue ne correspond plus à un signe clinique que le patient nous adresse, mais à un défaut de surveillance de l'agent en poste à l'heure indiquée. Et lorsqu'on a retrouvé le patient, on ne cherche pas à savoir ce qu'il a cherché à nous dire, on le cantonne en isolement pour éradiquer provisoirement le symptôme et on termine nos rapports circonstanciés pour, chacun à son poste hiérarchique, prouver à son supérieur qu'on a bien fait le boulot.

On s'entend dire quinze fois par jours que cela est de notre responsabilité, qu'on est responsable de ci de ça, qu'on en appelle à notre responsabilité... Foutaises ! On dit responsabilité mais on pense culpabilité. Lorsque tu dis à ton môme : tu es responsable, ça signifie que tu lui laisse maintenant de l'autonomie, que tu cesses d'être chaque seconde derrière son dos car, tu le dis : il est responsable.

Source : http://www.geriatrie-albi.fr/psy_souffrance_soignants_2014.pdf

Commenter cet article