Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Pas assez rentables ?

2 Octobre 2016, 05:23am

Publié par Bernard Pradines

Après la suppression de lits de soins de longue durée (Long Séjour), c'est le tour du SSR (Moyen Séjour) à Albi (Tarn - France). 

Tout déplacement vers un lieu distant serait pourtant un handicap majeur pour les patients hospitalisés, le plus souvent âgés, fragiles ou dépendants.

Rappel : une mobilisation sans précédent et de longues démarches passant par les ministères avaient permis de sauvegarder les lits de Soins de Longue Durée à Albi pendant  la première décennie du siècle. Dans le même temps, trois cinquièmes d’entre eux ont été supprimés en France (de 83 000 à 35 000), mais leur suppression totale était programmée.

Si vous souhaitez vous exprimer, vous pouvez signer la pétition suivante :

Commenter cet article

Lydia 02/10/2016 22:39

J'ai signé, parce que mes impôts doivent servir à assurer une prise en soins de proximité pour les personnes âgées dépendantes. Sinon, ce sera toujours dans ce secteur qu'il y aura des "économies" réalisées. Parce qu'ils n'ont plus de moyens de se faire entendre. Je signe pour qu'ils conservent leur dignité.

Pradines 03/10/2016 08:10

Oui, on disserte beaucoup sur la dimension philosophique de la dignité.C'est bien. Il faudrait aussi penser à la défendre de manière concrète.

Anne Marie 02/10/2016 10:23

a l hopital de lavaur tarn cela as commence une personne agee que je connais dependante sous oxygene ne marche plus 15jpou en medecine puis en ssr et puis maison son epouse ne peut plus marcher ;retour a la maison il n'est plus lever,ne peut manger tout seul a cause des fausse route les aides soignantes viennent pour la toilette,cela fait peur pour le futur immediat,il nepeut aller en maison de retraite car trop dependant

Pradines 02/10/2016 10:43

Oui, votre témoignage souligne le rôle indispensable de défense des personnes âgées fragiles. Bien sûr, tout n'est pas négatif et l'évolution depuis 25 ans n'a pas toujours été défavorable. Mais nous, soignants et familles, ne devons jamais baisser la garde et nous laisser aller à un optimisme béat et lâche.