Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Pourquoi les seniors négligent-ils les vaccinations ?

1 Août 2017, 05:15am

Publié par Louis Lacaze et Bernard Pradines

Si les parents veillent à ce que leurs enfants soient correctement vaccinés - grâce en partie à la vigilance de leurs médecins référents et des pédiatres- cette bonne habitude a tendance à se perdre chez les séniors.

Si une majorité d’adultes a été vaccinée contre le tétanos, peu pensent à faire renouveler cette protection. Le vaccin contre le tétanos associé à celui contre la coqueluche et la diphtérie s’impose si le sénior a la garde d’enfants trop jeunes pour recevoir le vaccin.

Trop peu de séniors reçoivent l’un ou les deux vaccins contre les pneumocoques, bactéries qui peuvent provoquer des pneumonies et des méningites.

Deux seniors sur trois seront touchés par un zona, la proportion passant à un sur deux à partir de 85 ans. Dans de nombreux cas des douleurs post-zostériennes insupportables affectent le patient à vie. Un nouveau vaccin, le Shingrix*,  créé par le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK), plus efficace que le Zostavax* actuel, devrait incessamment entrer sur le marché avec une efficacité de 90%. Le Shingrix* n’a pas encore l’AMM en France et sa demande de son accréditation aux USA date d’octobre 2016. Le Zostavax* est qualifié de « service médical rendu modéré » par l’ANSM.

Au cours d’une consultation, les médecins se penchent surtout sur les problèmes récurrents des séniors. Les spécialistes pouvant hésiter à s’aventurer au delà de leur domaine, les séniors ne doivent donc pas hésiter à prendre l’initiative et faire des suggestions !

En France, la principale inquiétude porte sur la vaccination grippale qui n’est pratiquée que chez moins de la moitié des personnes de 65 ans et plus. Rappel : le calendrier vaccinal français des personnes âgées comporte aussi le dTpolio à 65 ans puis tous les dix ans.

L’association à la vaccination  antipneumococcique est conseillée en cas de facteurs de risques particuliers mais certains la préconisent de manière extensive.

Source :

Un article du New-York Times

Paula Span

Commenter cet article