Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Interruption de l’activité sexuelle suite à un deuil. Quel ressenti ?

15 Septembre 2017, 05:07am

Publié par Louis Lacaze

Interruption de l’activité sexuelle suite à un deuil. Quel ressenti ?

Couple après 76 ans de vie commune. Image empruntée à un article de Time

La souffrance qui accompagne l’interruption de l’activité sexuelle après un décès n’est que rarement évoquée par les personnes concernées, leurs proches, les psychologues, les médecins alors qu’elle peut avoir des effets négatifs sur le plan physique aussi bien que psychologique et perturber l’éventuelle évolution vers une nouvelle relation.

Certains stéréotypes ont la vie dure, le cliché du vieillard libidineux, dégoûtant ou simplement ridicule reste tenace et se rencontre même chez certains professionnels de la santé, alors que plusieurs études montrent par exemple que 25% d’une population de 75 à 85 ans est toujours sexuellement active.

Peu de personnes acceptent d’aborder le sujet avec une personne en deuil qui de son côté accepterait de parler si un tiers prenait l’initiative. Un sentiment de culpabilité, l’impression de tromper son conjoint, peut paralyser alors qu’on peut respecter le passé mais accepter de tourner la page sachant que la capacité d’aimer est infinie.

Une étude portant sur 101 seniors d’un âge moyen de 81 ans a montré que 86% étaient prêts à aborder le sujet, les hommes préférant en parler avec un médecin, les femmes soit avec un médecin soit avec une infirmière. La sexualité des seniors peut s’accompagner de problèmes d’ordre physiologique que la médecine peut traiter, il est donc essentiel qu’un dialogue devienne possible, le terrain est à explorer.

J’ai gardé en mémoire deux moments d’un documentaire allemand d’Arte portant sur la sexualité des séniors diffusé il y a quelques années. Premier point : une centenaire peut très bien avoir un orgasme. Puis un second : des veuves de tout âge peuvent surmonter leur gêne et se rendre dans une sex shop à la recherche d’aides sexuelles. Le personnel confie ces clientes à une vendeuse expérimentée qui les rassure, les déculpabilise, établit un bon niveau de communication avant de chercher à réaliser une vente. Un exemple susceptible d’inspirer les professionnels de la santé ?

Sources :

Jane E. BRODY New-York Times

Etudes citées dans l’article

Dr Radosh A :

Dr Stacy Tessler Lindau, A Study of Sexuality and Health among Older Adults in the United States :

Farrell J : 

Commenter cet article

MANTEAU René 17/09/2017 19:52

Je reconnais bien la problématique au travers de cet article, c'est incontestablement une réalité malheureuse. Infirmier pendant plus de quarante années dans un service de soins de longue durée je n'ai pu assister qu'au mariage de deux couples de résidents. Inutile de dire qu'avant d'arriver à unir deux pensionnaires, une multitude d'obstacles ont dû être franchis. Entre autres, obstacle familial, administratif (hôpital, mairie, assistante sociale) judiciaire (juge des tutelles), personnel du service de soins, entourage et aspect financier primordial. J'ai dû participer personnellement aux frais de l'événement et j'ai même fourni le costume au marié. Une fois la bataille gagnée, les réticences ont persisté. Interdiction dans un premier temps de faire chambre commune. Le problème résolu, interdiction de rapprocher les lits dans leur chambre, interdiction de fermer leur porte à clé (évocation des risques d'insécurité) cela peut se comprendre (le même type de serrure qui s'ouvre de l'extérieur aurait pu être installé). Sans compter l'attitude du personnel qui s'obstinait à leur interdire toute intimité par des intrusions répétées et intempestives dans leur chambre. Un jour ils se sont faits surprendre à 6 heures 30 en train de s'enlacer et de s'embrasser voire davantage. Présent ce jour-là, j'ai pu entendre raisonner dans le service les railleries et les quolibets. J'ai dû intervenir pour défendre leur cause. Vieillir, sexualité est-ce compatible?

Louis Lacaze 17/09/2017 20:39

Le témoignage d’un spécialiste du terrain illustre bien les difficultés que peuvent rencontrer les couples qui se forment dans les établissements de santé. Si le couple cité est passé devant M. le Maire combien d’autres restent plus ou moins clandestins et doivent affronter l’incompréhension du personnel et celui des familles : que va devenir l’héritage si le vieux parent aide son ami(e) désargenté(e)?