Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Médicaments : s’abstenir ?

30 Avril 2014, 10:33am

Publié par Bernard Pradines

Médicaments : s’abstenir ?

Voici la liste de médicaments utilisés fréquemment en gériatrie, sélectionnés par moi-même, dont la revue PRESCRIRE (février 2014) souhaiterait qu’ils soient écartés de l’ordonnance du médecin :

Antalgiques :

  • célécoxib (Celebrex®)

  • étoricoxib (Arcoxia®)

  • parécoxib (Dynastat®)

  • floctafénine (Idarac®)

  • piroxicam (Feldène® ou autre)

  • thiocolchicoside (Coltramyl® ou autre)

  • kétoprofène en gel (Ketum® gel ou autre)

Maladie d’Alzheimer :

  • Aucun des traitements dits spécifiques n’est retenu par la revue Prescrire qui les récuse tous.

Antidépresseurs :

  • duloxétine (Cymbalta®)

  • milnacipran (Ixel® ou autre)

  • venlafaxine (Effexor® LP ou autre)

  • tianeptine (Stablon®)

Métabolisme :

  • fénofibrate (Lipanthyl® ou autre)

  • bézafibrate (Befizal®)

  • ciprofibrate (Lipanor® ou autre)

Médicament à visée cardio-vasculaire :

  •  trimétazidine (Vastarel® ou autre)

Médicament à visée digestive :

  • dompéridone (Motilium® ou autre) et dropéridol (Droleptan®)

Ostéoporose :

  • strontium ranélate (Protelos®)

Arthropathies micocritallines

  • Colchimax® (colchicine + poudre d’opium + tiémonium)

N.B. Le prescripteur peut se trouver en situation de courir des risques du fait du bénéfice attendu en tenant compte des risques encourus.

Pour envisager les 68 médicaments déconseillés, voir la source en accès libre en suivant le lien ci-dessous :

Urbanisme et sociologie. Pourquoi un Macdo particulier a-t-il été ciblé ?

28 Avril 2014, 07:35am

Publié par Papi

Urbanisme et sociologie. Pourquoi un Macdo particulier a-t-il été ciblé ?

L’épisode du Macdo new-yorkais squatté par des seniors déclenche toujours des réactions passionnées, si bien qu'un journaliste spécialiste des travaux de William H. Whyte, sociologue-urbaniste, est allé faire une enquête dans New-York. Il a relevé plusieurs constantes.

Les seniors ne conduisent pas, ont souvent des moyens financiers limités. Ils marchent parfois avec difficulté. Ils recherchent donc des lieux de rencontre très proches du domicile. Ils négligent les bus et les navettes gratuites, les contraintes d’horaires limitant leur désir de liberté et d’indépendance.

Ils ne veulent pas se sentir isolés, mais veulent faire partie d’un quartier, s’y sentir chez eux, pouvoir y rencontrer leurs amis.

Les lieux de rencontres appréciés présentent des caractéristiques communes :

- un petit recoin près de la porte d’entrée, légèrement séparé du gros du public mais permettant d’observer les allées et venues est apprécié.

- des toilettes facilement accessibles. Monter un étage pour une personne handicapée peut correspondre à l’ascension de l’Everest. (Certains établissements sont allés jusqu’à supprimer les toilettes réservées au public pour dissuader la clientèle « ventouse »).

- la population d’un quartier évolue avec le temps. Les jeunes générations vont habiter ailleurs, les vieux se retrouvent seuls. Ils fréquentent le lieu d’accueil le plus proche, rencontrent d’autres personnes, créent un effet boule de neige.

- les bibliothèques publiques ont beaucoup de succès lorsque leur emplacement est favorable, qu’elles ont un personnel accueillant qui peut aider à remplir des formulaires divers, qu’elles disposent de secteurs permettant la conversation à haute voix.

Quand on sait que ¾ des résidents des maisons de retraite auraient préféré rester chez eux pourquoi ne pas demander aux nouvelles municipalités de s’intéresser au sujet ?

Source :

http://www.nytimes.com/2014/01/29/arts/design/lessons-from-mcdonalds-clash-with-older-koreans.html?emc=edit_tnt_20140128&tntemail0=y