Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

GérontoLiberté

Quand le soin en psychiatrie nous rappelle la gériatrie : la souffrance des soignants.

21 Août 2014, 09:28am

Publié par Auguste

Extraits d’un texte diffusé par le syndicat Sud.

Le soin en psychiatrie repose essentiellement sur la relation, l’animation, la convivialité, bref «l’hospitalité ».

……………..

Avec l’apparition des protocoles et le règne de la Haute Autorité de Santé, les pratiques se retrouvent engoncées dans des procédures rigides. Le comportement humain ne se met pas en protocole ni en conduite à tenir toutes faites, et ces injonctions tournent parfois à l’absurde.

Certains soignants se replient derrière l’antienne «pas d’initiative, pas de problèmes» car, à la moindre anicroche, c’est la recherche de responsabilités qui prévaut.

Comment travailler sans la nécessaire prise de risque du soin en psychiatrie dans ces conditions ? Comment travailler dans des conditions qui mettent au quotidien les personnels hors les lois ?

……………..

Ne pas parler de notre impuissance, c'est éviter de nommer la toute puissance dans laquelle nous sommes amenés à nous placer.

Ainsi, la fugue ne correspond plus à un signe clinique que le patient nous adresse, mais à un défaut de surveillance de l'agent en poste à l'heure indiquée. Et lorsqu'on a retrouvé le patient, on ne cherche pas à savoir ce qu'il a cherché à nous dire, on le cantonne en isolement pour éradiquer provisoirement le symptôme et on termine nos rapports circonstanciés pour, chacun à son poste hiérarchique, prouver à son supérieur qu'on a bien fait le boulot.

On s'entend dire quinze fois par jours que cela est de notre responsabilité, qu'on est responsable de ci de ça, qu'on en appelle à notre responsabilité... Foutaises ! On dit responsabilité mais on pense culpabilité. Lorsque tu dis à ton môme : tu es responsable, ça signifie que tu lui laisse maintenant de l'autonomie, que tu cesses d'être chaque seconde derrière son dos car, tu le dis : il est responsable.

Source : http://www.geriatrie-albi.fr/psy_souffrance_soignants_2014.pdf

EXIT …

18 Août 2014, 08:00am

Publié par Bernard Pradines

EXIT …

Samia Hurst est bioéthicienne et médecin, professeure à l'Institut d'éthique biomédicale de l'Université de Genève, et consultante d'éthique aux Hôpitaux Universitaires de Genève.

http://forumethix-ch.blogspot.fr/2014/05/ils-nous-embetent-exit.html

Les seniors au volant

15 Août 2014, 08:07am

Publié par Papi

Les conducteurs âgés sont-ils dangereux ?

Si l’on peut rencontrer d’excellents conducteurs âgés de 90 ans il faut reconnaître qu’à partir de 75 ans des difficultés peuvent se manifester. Le journal Neuropsychology a publié une étude australienne portant sur 266 adultes âgés de 70 à 88 ans en bonne santé qui ont conduit en ville et hors agglomération sur 20 km pendant une heure dans un véhicule à double commande (Anstey et Wood, 2011).

17% des conducteurs ont commis une erreur grave, exigeant l’intervention du moniteur sur le volant ou les doubles commandes. Si ceux âgés de 70 à 74 ans commettaient une erreur grave, ce chiffre était multiplié par 4 avec les conducteurs de plus de 85 ans. En particulier ils ne tenaient pas compte des angles morts, ne savaient pas changer de file, tournaient à droite ou à gauche sans utiliser les clignotants.

Conducteurs particulièrement à risque :

- La maladie de Parkinson ou encore une démence légère affectent la vitesse de réaction et les capacités de jugement.

- A partir de 75 ans des problèmes de vision sont plus fréquents : cataracte, glaucome, angle de vision réduit…

- Problèmes d’audition : le conducteur n’entendra pas éventuellement les coups de klaxon, les crissements des pneus en cas de freinage d’urgence, les sirènes des ambulances.

- Prise de médicaments divers entraînant somnolence, vision floue, tremblements.

- Boire et conduire a toujours été dangereux. Chez une personne âgée, les risques d’accident explosent.

Signes d’alerte :

- La prime d’assurance a-t-elle subitement été augmentée ?

- Les contraventions sont-elles plus nombreuses ?

- La voiture présente-t-elle des traces d’accidents ?

- Le conducteur appréhende- t-il de rouler la nuit ?

- Les voisins, les amis ont-ils des remarques à faire à ce sujet ?

Quand vous l’accompagnez ouvrez l’œil !

- Boucle-t-il sa ceinture de sécurité ?

- Est-il confortablement assis ou tendu, préoccupé, peu concentré ?

- Tient-il compte des signaux, de la présence des autres conducteurs ?

- Change-t-il de file sans difficultés ?

- Réagit-il rapidement si la situation l’exige ?

Source :

Anstey KJ, Wood J. Chronological age and age-related cognitive deficits are
associated with an increase in multiple types of driving errors in late life.
Neuropsychology. 2011 Sep;25(5):613-21.

Les seniors au volant
Les seniors au volant