Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Des articles instructifs

31 Juillet 2017, 11:15am

Publié par Louis Lacaze et Bernard Pradines

Il sont parus le lundi 31 juillet 2017 dans la "Dépêche du Midi". 

http://www.ladepeche.fr/article/2017/07/31/2620671-ehpad-un-personnel-a-bout-de-souffle.html 

200 millions d'euros de coupe franche dans les dotations aux établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) publics sont prévus par le gouvernement. Les directeurs d'Ehpad s'insurgent face à cette réduction et en coulisses, le personnel soignant souffre autant psychologiquement que physiquement.

Le cannabis : un antalgique ?

25 Juillet 2017, 05:51am

Publié par Bernard Pradines

Le cannabis : un antalgique ?

Une offensive commerciale concernant la marijuana vise actuellement les maisons de retraite aux USA. Cette plante contient essentiellement du tétrahydrocannabinol (THC).

Cette molécule aurait des vertus thérapeutiques contre les douleurs neuropathiques, les spasmes musculaires liés à la sclérose en plaques, la perte non intentionnelle de poids ainsi que les nausées et vomissements liés aux chimiothérapies anticancéreuses (1). Elle pourrait aussi trouver un intérêt dans la maladie d’Alzheimer à début tardif (2).

Pourtant, les études menées dans ces domaines sont loin d’être concluantes. Pour Andreae (3), un patient sur cinq ou six verrait une amélioration à court terme des douleurs neuropathiques.

Pour Hill (4), les bénéfices ne font pas consensus dans la littérature.

Whitin (5) écrit, dans une revue de la littérature, que les preuves de l’utilité des cannabinoïdes contre la douleur chronique et la spasticité sont de qualité moyenne. Ces preuves sont de mauvaise qualité pour l’amélioration des nausées et vomissements liés aux chimiothérapies ainsi que pour la prise de poids au cours de l’infection à HIV, sur les troubles du sommeil ou dans le syndrome de Tourette. De plus, cet auteur met en garde les prescripteurs contre le risque d’effets indésirables graves. Il cite les vertiges, la xérostomie, les nausées, la fatigue, la somnolence, l’euphorie, les vomissements, la désorientation, la confusion, la perte d’équilibre et les hallucinations.

Schrot (6) évoque des troubles mnésiques, ceux de la coordination et du jugement, l'altération cognitive et la bronchite chronique. Il pointe aussi le risque d’accident automobile. Un espoir pourrait venir de l’action thérapeutique sur le système endogène cannabinoïde (« endocannabinoïde ») afin d’améliorer les effets bénéfiques et de diminuer les effets secondaires.

En conclusion, le débat n’est pas clos sur l’intérêt du THC en thérapeutique. Il reste toutefois parasité par les utilisations dites récréatives de cette substance. Enfin, de nouvelles études sont encore nécessaires pour en cerner la balance bénéfice / risque.

(1) Hu Winnie

(2) Ahmed A, van der Marck MA, van den Elsen G, Olde Rikkert M. Cannabinoids in late-onset Alzheimer's disease. Clin Pharmacol Ther. 2015 Jun;97(6):597-606. doi: 10.1002/cpt.117. Review.

(3) Andreae MH, Carter GM, Shaparin N, Suslov K, Ellis RJ, Ware MA, Abrams DI, Prasad H, Wilsey B, Indyk D, Johnson M, Sacks HS. Inhaled Cannabis for Chronic Neuropathic Pain: A Meta-analysis of Individual Patient Data. J Pain. 2015 Dec;16(12):1221-32.

(4) Hill KP. Medical Marijuana for Treatment of Chronic Pain and Other Medical and Psychiatric Problems: A Clinical Review. JAMA. 2015 Jun 23-30;313(24):2474-83.

(5) Whiting PF, Wolff RF, Deshpande S, Di Nisio M, Duffy S, Hernandez AV, Keurentjes JC, Lang S, Misso K, Ryder S, Schmidlkofer S, Westwood M, Kleijnen J. Cannabinoids for Medical Use: A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA. 2015 Jun 23-30;313(24):2456-73.

(6) Schrot RJ, Hubbard JR. Cannabinoids: Medical implications. Ann Med. 2016;48(3):128-41. doi: 10.3109/07853890.2016.1145794. Review.

Des propositions contradictoires

18 Juillet 2017, 05:43am

Publié par Bernard Pradines

A en croire les uns, le nombre des soignants est le seul paramètre à améliorer. La formation des soignants n’aurait qu’une importance minime. Appréciation que l’on peut bien comprendre quand les repas sont souvent expédiés en dix minutes et que le personnel soignant s’épuise en courant en permanence derrière le temps. Ainsi, je me suis toujours insurgé contre l'idée que les ratios des soignants sont une fausse piste et que seule leur formation pourrait améliorer la situation actuelle.

 

A l’inverse, sans formation adéquate donc sans défense, les soignants sont souvent dans une situation qui les rend incapables de résister à la logique de la rentabilité à tout va. Ainsi, une formation délétère peut les inciter à se conformer à une situation insatisfaisante : sur commande, selon le bon vouloir de ceux qui ont « acheté » une formation docile, à même de culpabiliser le soignant en lui faisant endosser toutes les turpitudes du lieu.

 

Au contraire, une formation qui développe l'esprit critique, le "penser par soi-même » sans attendre constamment des ordres, prend une autre dimension. Elle n'en pointe pas moins les insuffisances multiples. Mais elle sait situer les responsabilités.

 

Oui, nous sommes tous, soignants, du médecin à l'ASH, responsables d'une partie de nos attitudes. Nous pouvons changer les choses dans une certaine mesure et ne pas tout subir.

 

Pour vous donner un exemple précis, je suis frappé par la demande générale d'avoir des formations qui vous donnent de « trucs », des « protocoles » qui vous disent « ce qu’il faut faire », du « pratico-pratique » : la formation-minute.

 

Pour ma part, je préfère tenter de placer les participants (je n’emploie pas le mot dévalorisant de « stagiaire ») sur la voie de " ce qu'il faut comprendre". Sans quoi, on demeure un exécutant qui applique "ce qu’il faut faire", qui ne pense pas par lui-même. On ne s’étonnera pas de la démotivation conséquente.

 

Les troubles du comportement en sont une magnifique illustration : si vous cherchez ce qu'il faut faire avant d'avoir compris quoi que ce soit, vous avez une chance infime d’améliorer la situation du patient et de son entourage incluant sa famille et les soignants.