Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Articles avec #consentement

J’aimerais cuisiner pour lui mais il n’aime rien !

9 Février 2014, 08:33am

Publié par Papi

J’aimerais cuisiner pour lui mais il n’aime rien !

Un texte proposé par Papi, spécialiste en observation et traduction de publications venant des Etats-Unis et du monde anglo-saxon en général. Une origine que ce texte trahit par certains côtés. Des considérations qui seront bientôt datées du fait de l'évolution actuelle des rôles dans la famille.

Cuisiner peut être un plaisir aussi bien qu’une corvée et une source de conflits quand un convive n’apprécie jamais vos efforts.

Le site caring.com propose 6 suggestions :

- Demandez à votre éternel insatisfait ce qu’il aimerait manger, ce qu’il ne veut pas manger, et pourquoi. On trouve souvent à la base de cette opposition le besoin d’affirmer son indépendance. En abordant le sujet, vous lancez la balle dans son camp et le faites participer à la prise de décision. Choisissez un moment favorable, en milieu de journée, surtout pas pendant le repas si la situation est tendue. Une liste des plats appréciés et détestés peut être élaborée en commun.

- Préparez ensemble le menu de la semaine. La présence d’un plat apprécié sur la liste en fera accepter un autre qui l’est moins.

- Demandez à votre grand difficile de vous aider à préparer le repas. Sa participation conduit à une responsabilité, il sera moins porté à critiquer ce qu’il aura en partie préparé.

- Soignez l’ambiance. Se croire sur un champ de bataille n’ouvre pas l’appétit. Mettez la table avec soin. Soignez la présentation. Ajoutez de la conversation, un fond musical, la télévision de temps à autre. On peut manger mécaniquement tout en regardant l’écran.

- Jouez sur la nostalgie. La cuisine d’antan était meilleure, faites-vous raconter en détail. Vous pourrez vous risquer à copier de votre mieux.

- Allez de temps à autre au restaurant ! Le menu permet de choisir, et offre une occasion à votre délicat d’affirmer son indépendance. De plus si contestation il y a, elle sera plus discrète.

Sources : http://www.caring.com/articles/secrets-to-pleasing-a-picky-eater

http://www.caring.com/articles/tips-and-tricks-for-pleasing-picky-eaters

Une révolution ?

7 Septembre 2013, 07:50am

Publié par Bernard Pradines

Une révolution ?

On lit ceci sous la plume d’Yves Mamou sur le site "AgeVillage" le 29 juillet 2013.

La commission (CNCDH : commission nationale consultative des droits de l’homme) réitère avec force que le « consentement éclairé » de la personne âgée soit obtenue au moment de son entrée en EHPAD. Et pour garantir la liberté d’aller et de venir, « la CNCDH préconise d’élargir la compétence du contrôleur général des lieux de privation de liberté aux EHPAD afin de veiller au respect des droits fondamentaux des personnes âgées ».

Mon commentaire :

Le consentement éclairé en vue et lors de l'entrée en établissement serait une révolution. Si le principe d'autonomie était ainsi appliqué, notre société aurait effectué un pas de géant qui pourrait se traduire par la fin d'une contrainte courante. La pression sur les familles et les services d'aide à domicile serait alors sans commune mesure avec la situation actuelle. Nous devrions admettre une notion essentielle et peu débattue du choix de la fin de la vie. Pas celle de l'euthanasie ou du suicide assisté, serpents de mer mille fois discutés surtout d’un point de vue ontologique. Non, il s’agit ici de la liberté risquée de rester chez soi. Si je me fonde sur mon expérience, il s’agit bien d’une préoccupation des personnes âgées qui dépasse de loin en fréquence celle des modalités de leur décès. Qui aura le courage politique de toucher à un parcours de vie obligé, inscrit dans les changements profonds et récents des structures sociétales ?