Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Articles avec #dependance

Mère-fille : l’inversion des rôles ?

5 Septembre 2017, 05:57am

Publié par Bernard Pradines

Mère-fille : l’inversion des rôles ?

Il est coutumier d’évoquer l’inversion des rôles entre les mères et les filles lorsque les premières deviennent dépendantes des secondes. Cette considération a d’autant plus de pertinence que la mère souffre de troubles cognitifs, affectifs et motivationnels. La description de cette situation permet d’appréhender la directivité nouvelle effectuée par la fille sur sa mère. Au fond, il s’agit souvent d’une inversion d’un rapport de pouvoir, voire de domination.

Pourtant à y regarder de plus près, cette considération masque une autre réalité importante et fréquente : le retour de la fille au sein de sa famille originelle, de son cocon familial. Il s’en suit une éventuelle tension, voire un déchirement, entre l’attention portée à la nouvelle famille créée depuis l’union conjugale et celle destinée à l’ancienne qui se rappelle alors pleinement à elle. Pour mieux mesurer cette dimension, il convient de considérer en négatif ce qui advient lorsqu’il s’agit de belles-filles et non de filles, ce qui se traduit par des conséquences généralement différentes.

Six fausses bonnes idées à éviter pendant la canicule

21 Juin 2017, 05:22am

Publié par Bernard Pradines

Bien que ce texte ("Six fausses idées ...") soit parfois formulé en termes discutables, l'essentiel de son message nous semble important. La priorité de l’hydratation doit laisser place à celle du rafraichissement de l’environnement, en particulier chez les personnes âgées. Nous ne rappellerons pas le danger de certaines situations pathologiques et celui de certains médicaments (voir le site de l'ANSM).

On trouvera des recommandations sur le site du ministère de la santé à l'adresse ci-dessous :

Une heure de sieste entretient le cerveau des séniors

30 Mai 2017, 05:17am

Publié par Louis Lacaze

Une heure de sieste entretient le cerveau des séniors

De nombreuses études ont souligné l’effet bénéfique d’une courte sieste d’environ dix minutes sur les performances individuelles tandis qu’une sieste d’une durée supérieure pourrait perturber le sommeil nocturne.

Dans une étude publiée par la société américaine de gériatrie, Junxin Li, professeur à l’université de Pennsylvanie à Philadelphie, s’est intéressé à la sieste de 3000 Chinois de plus de 65 ans. Soixante pour cent d’entre eux faisaient régulièrement une sieste qui pouvait durer de 30 à 90 minutes, en moyenne d’une heure. Les participants ont subi divers tests de mémoire, de calcul, de logique. Les résultats de ceux qui dormaient une heure étaient jusqu’à six fois meilleurs que ceux qui dormaient moins d’une heure, plus d’une heure, ou qui ne faisaient pas de sieste du tout. La différence du niveau de performance correspondait à celle qui accompagne normalement un vieillissement de cinq ans. Toutefois, l’étude n’a pas cherché à établir une relation de cause à effet entre une sieste d’une heure et les capacités mentales des participants.

Il est intéressant de citer une autre étude de Junxin Li s’intéressant aux personnes âgées hébergées dans un établissement d’accueil et dormant plus de deux heures pendant la journée. Ces personnes présentaient des troubles cognitifs plus accentués, davantage de pathologies et s’intéressaient moins aux activités proposées. Les auteurs de l’étude constatent que ces activités s’adressent principalement aux résidents ne présentant pas de handicaps majeurs et suggèrent qu’une catégorie différente d’activités soit proposée aux autres personnes pour les amener à s’intégrer socialement à la communauté.

Commentaires de Bernard Pradines : si des liens peuvent être établis, les causalités sont plus difficiles à préciser. En effet, effectuer de longues siestes est une situation connue comme étant associée à un état apathique, régressif, à la fatigue, à une pathologie chronique, à des apnées du sommeil, voire à une somnolence liée à l'absorption de psychotropes sédatifs. Il est encore plus difficile de s'approcher du rôle délétère éventuel de l'absence de sieste : hypervigilance anxieuse, non-respect des rythmes circadiens, persistance de comportements sociaux adultes désormais inadaptés… Mieux, il serait intéressant d’étudier pourquoi ces personnes âgées ne s’adonnent pas à la sieste.