Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Articles avec #ethique

Les familles doivent-elles tout savoir sur l’état de santé des seniors ?

23 Mai 2017, 05:01am

Publié par Louis Lacaze

Des auteurs américains ont interrogé 30 personnes de plus de 75 ans et 23 personnes proches de séniors de plus de 75 ans au cours d’une à dix séances de discussion pour définir le désir d’être informées des familles et le degré de partage de l’information accepté par les seniors.

Sept conclusions ont émergé de cette étude :

1 – Le partage de l’information implique des responsabilités ressenties différemment par les seniors et leurs familles.

2 – L’accès à l’information par les familles peut avoir des effets inattendus.

3 – Les seniors ne veulent pas se sentir « espionnés » par leurs proches.

4 – Les seniors désirent conserver leur pouvoir de décision le plus  longtemps possible.

5 – Ce pouvoir de décision pourra être  progressivement transféré aux familles en fonction de l’état de santé du senior.

6 – Ce transfert devra s’effectuer progressivement, de préférence en situation d’urgence, en veillant à respecter l’autonomie du senior.

7 – Il n’existe pas de marche à suivre standard, chaque cas est particulier.

Commentaires de Bernard Pradines

Au fur et à mesure que son état de santé se dégrade, la personne âgée peut être progressivement dépossédée de toute décision la concernant, en particulier dans le domaine de  la santé. Il s’agit d’un problème récurrent lors de l’accompagnement de ces patients. De manière générale, l’entourage est trop hâtif dans sa volonté de régenter la vie de son aîné au risque de lui retirer son autonomie de décision. Actuellement, le principe de l'anticipation semble faire des progrès en France par le biais de la personne de confiance, des directives anticipées, du mandat de protection future ou de l'habilitation familiale.

Sources :

Crotty BH, Walker J, Dierks M, Lipsitz L, O'Brien J, Fischer S, Slack WV,
Safran C. Information Sharing Preferences of Older Patients and Their Families. JAMA Intern Med. 2015 Sep;175(9):1492-7.

Un équilibre sociétal insatisfaisant : la honte

21 Avril 2017, 05:12am

Publié par Bernard Pradines

Image issue du blog : http://www.psy-luxeuil.fr/article-la-honte-selon-la-psychanalyse-115156522.html

Image issue du blog : http://www.psy-luxeuil.fr/article-la-honte-selon-la-psychanalyse-115156522.html

La situation des personnes âgées dépendantes et malades est le résultat de plusieurs impératifs qui agitent notre société. En mathématiques, on parle de « vecteur résultant ».

Les familles sont désormais souvent dispersées. La mission ancestrale qui consistait à vivre et à accompagner ses parents dans un domicile commun s’est éloignée.

Chacun est contraint par son travail dont on pensait qu’il serait libérateur.

Qu’on le reconnaisse ou non, en établissement, les nécessités alléguées d’économies de personnel entrent en conflit avec les recommandations de bonne pratique. Quelques exemples : l’histoire de vie est trop vite esquissée, la toilette et les repas sont effectués trop rapidement, le repas du soir est servi trop tôt, le lit est trop souvent imposé chez des personnes qui souhaiteraient et pourraient rester assises ou même debout. Il est encore souvent refusé pour la sieste car nécessitant un nouveau lever après celle-ci. Des tranquillisants et des somnifères sont utilisés, censés calmer et même faire dormir des personnes qui se trouvent alitées pendant plus de douze heures alors que leurs besoins de sommeil ne dépassent guère cinq heures pour la plupart d’entre elles.

Il me fallut du temps pour comprendre et admettre cette évidence : les responsables administratifs de mon établissement ne parvenaient pas à nous écouter car ils n’avaient pas les moyens de modifier une situation qui leur faisait honte.