Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Articles avec #formation

Des propositions contradictoires

18 Juillet 2017, 05:43am

Publié par Bernard Pradines

A en croire les uns, le nombre des soignants est le seul paramètre à améliorer. La formation des soignants n’aurait qu’une importance minime. Appréciation que l’on peut bien comprendre quand les repas sont souvent expédiés en dix minutes et que le personnel soignant s’épuise en courant en permanence derrière le temps. Ainsi, je me suis toujours insurgé contre l'idée que les ratios des soignants sont une fausse piste et que seule leur formation pourrait améliorer la situation actuelle.

 

A l’inverse, sans formation adéquate donc sans défense, les soignants sont souvent dans une situation qui les rend incapables de résister à la logique de la rentabilité à tout va. Ainsi, une formation délétère peut les inciter à se conformer à une situation insatisfaisante : sur commande, selon le bon vouloir de ceux qui ont « acheté » une formation docile, à même de culpabiliser le soignant en lui faisant endosser toutes les turpitudes du lieu.

 

Au contraire, une formation qui développe l'esprit critique, le "penser par soi-même » sans attendre constamment des ordres, prend une autre dimension. Elle n'en pointe pas moins les insuffisances multiples. Mais elle sait situer les responsabilités.

 

Oui, nous sommes tous, soignants, du médecin à l'ASH, responsables d'une partie de nos attitudes. Nous pouvons changer les choses dans une certaine mesure et ne pas tout subir.

 

Pour vous donner un exemple précis, je suis frappé par la demande générale d'avoir des formations qui vous donnent de « trucs », des « protocoles » qui vous disent « ce qu’il faut faire », du « pratico-pratique » : la formation-minute.

 

Pour ma part, je préfère tenter de placer les participants (je n’emploie pas le mot dévalorisant de « stagiaire ») sur la voie de " ce qu'il faut comprendre". Sans quoi, on demeure un exécutant qui applique "ce qu’il faut faire", qui ne pense pas par lui-même. On ne s’étonnera pas de la démotivation conséquente.

 

Les troubles du comportement en sont une magnifique illustration : si vous cherchez ce qu'il faut faire avant d'avoir compris quoi que ce soit, vous avez une chance infime d’améliorer la situation du patient et de son entourage incluant sa famille et les soignants.

Formation continue : l’exigence de la préparation

19 Juillet 2016, 05:41am

Publié par Bernard Pradines

Image issue du site de l'IUT Montesquieu de Bordeaux

Image issue du site de l'IUT Montesquieu de Bordeaux

La formation continue des personnels travaillant en gériatrie et en général auprès des personnes âgées est un grand défi bien identifié pour améliorer la situation actuelle parfois préoccupante. Elle est indispensable au même titre que l’augmentation numérique des professionnels ou encore la qualité du recrutement.

Elle comporte trois périodes : un temps de préparation trop souvent négligé, un temps de présence de l’animateur (dit « présentiel ») et un temps de suivi afin de vérifier les acquis conséquents. De nombreux obstacles viennent empêcher une bonne formation présentielle si elle n'a pas été préparée dans les semaines précédentes ; par exemple, les « stagiaires » ne sont pas sensibilisés auparavant, n’ont pas souvent procédé à une lecture ou à un visionnement en rapport avec le thème traité. Lors de la phase présentielle,  ils n'osent pas toujours s’exprimer en public. Surtout si leur hiérarchie est présente, personne n'ose exposer les vrais problèmes et les réelles motivations de la demande de formation. De son côté, l'animateur n'a pas le temps de réorienter sérieusement ses apports dans l'océan de connaissances souvent envisagé. Un exemple d’immensité : le thème de l’actualisation des connaissances dans le domaine de la personne âgée.

Les nouvelles recommandations[1] dans ce domaine vont dans le bon sens. Pourtant, sur le terrain, il y a encore loin de la coupe aux lèvres.

[1] OGDPC : organisme gestionnaire du développement professionnel continu

Pourquoi un vieillard nous gêne-t-il ?

15 Mars 2016, 06:39am

Publié par Janny van Liempd

Janny van Liempd est formatrice-conférencière.

Janny van Liempd est formatrice-conférencière.

Quand il y a dix ans ma mère me disait qu’elle se trouvait discriminée à cause de son grand âge, je pensais honnêtement qu’elle exagérait.  Une secrétaire de l’hôpital lui tendit un formulaire, puis la combla de bons conseils et d’explications  alors qu’elle  avait pourtant l’habitude de remplir des papiers pour des spécialistes et des laboratoires depuis la bonne soixantaine d’années qu’avait déjà duré de sa vie.  Quand elle osa dire de surcroit qu’elle était venue toute seule en voiture sur un trajet d’une soixantaine de kilomètres, on la regarda comme un grand danger de la route.

Pendant mes formations intra  des personnels de maisons de retraite et d’autres établissements de santé, je constatais également qu’il y a chez ces personnes, malgré le fait qu’elles sont souvent très  dévouées  dans leur travail et dans les  soins, un regard négatif envers « l’aîné ».  Pour les provoquer un peu, j’évoque parfois l’image du supermarché à 18 heures le soir où un vieux monsieur, la main tremblante, fait un peu retarder la queue.  La caissière très compréhensive l’aide à trouver des pièces dans son porte-monnaie mais tout le monde râle derrière lui. A chaque fois il y a au moins une ou deux stagiaires qui sortent les paroles suivantes de leur bouche : « il aurait dû faire ses  courses durant les heures creuses ». Encore faudrait-il savoir quelles sont alors d’après eux ou elles les heures creuses.

Si une voiture à  vitesse limitée (45 km/heure) les précède  le matin en allant au travail : quelle honte de les empêcher de rouler rapidement vers  leur travail, même si c’est pour y arriver en état de stress intense du fait de l’empressement.

Puis vint le jour que je me trouvai hospitalisée dans l’hôpital d’une petite ville avec une cheville fracturée.  Un soir, la porte s’ouvrit et une vieille dame octogénaire fut installée à côté de moi. Très vite après son arrivée, je découvris qu’elle était atteinte d’une démence. Le hasard n’existe pas !  J’eus ainsi la possibilité de m’appuyer sur tous les moyens de communication que j’enseigne aux aidants et aux soignants.  Malgré le plâtre, je me déplaçai vers elle avec mon déambulateur pour la regarder de face et pour instaurer un dialogue. En effet, elle était passablement agitée et aucune soignante n’était disponible pour s’entretenir avec elle. La dame se tapait très fort le côté et en même temps se reprochait énergiquement le fait d’être allée se promener.  Ensemble, nous avons passé la nuit ainsi. Le lendemain, l’équipe est venue la voir avec l’anesthésiste.  Avec les bribes de conversation encore en tête, j’ai pu compléter certains renseignements.  Puis on lui a mis une perfusion. Un peu plus tard, on est venu la chercher pour lui faire une douche au lit. Quand elle est revenue, elle était encore très consciente mais… elle ne se frappait plus. C’est alors que je me suis rendue compte que la perfusion contenait une antalgique. Alors qu’on savait très bien dès la veille  qu’elle souffrait d’une fracture d’un col du fémur. Mon cœur a pleuré.

Plus tard, durant mes formations en approches non médicamenteuses des personnes présentant des problèmes cognitifs, je me suis rendue compte qu’on ne se pose presque jamais la question de savoir si la personne agitée n’a peut-être pas tout simplement mal quelque part.

En tant qu’experte psychologue des Sapeurs-Pompiers, j’ai pu constater dans le même département le phénomène suivant : lors d’un appel urgent au numéro 15, l’infirmier ou l’infirmière en service auprès d’une personne âgée était interrogé(e)  quant à l’âge exact du patient. S’il s’agissait d’un(e) octogénaire on imposait au soignant d’attendre d’abord encore un peu. Dans quel but ? Je n’ose presque pas formuler mes soupçons, mais je me risque à avancer une hypothèse : « Débrouillez-vous encore un peu et si la personne décède entre temps, on n’aura pas travaillé pour rien. »  Ceci aurait pu être  un incident isolé. Tristement,  la vérité m’oblige à constater que c’était presque devenu la procédure habituelle.  Les Sapeurs-Pompiers en souffraient. Ils avaient tout fait pour arriver sur place dans le délai le plus court pour, finalement, recevoir cette réponse honteuse.  Mais pour ne pas provoquer la guerre, le médecin chef du département  ne dénonçait rien…

Tout doucement, j’ai commencé à comprendre que la société a développé un âgisme virulent envers les personnes d’un certain âge. Là où tout tourne autour de l’argent, l’humanisme disparaît. J’espère donc que les anciens soixante-huitards auront encore une fois de plus le courage, la force et l’énergie de se révolter contre ces injustices qui va les concerner directement très bientôt.