Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Articles avec #soins palliatifs

Feu vert à la mort anticipée : danger.

11 Avril 2017, 05:09am

Publié par Bernard Pradines

Chacun connaît  la prévalence élevée des idées suicidaires chez les aidants de personnes souffrant de démence. L’étude australienne  d’O’Dwyer (O’Dwyer et al, 2016) s’intéresse aux idées d’homicide que les aidants peuvent nourrir vis-à-vis de la personne aidée. Sur 21 personnes interrogées  de manière détaillée  (7 hommes et 14 femmes), deux d’entre elles ont déclaré avoir envisagé l’homicide de leur personne aidée, quatre ont exprimé des désirs « passifs » de sa mort  et quatre ont rapporté avoir infligé des maltraitances verbales ou physiques. Une seule parmi ces 21 personnes interwievées avait déjà exprimé ces expériences.

Commentaires : voici une étude qui  doit attirer notre attention par ces temps de campagne électorale comportant des considérations parfois rapides sur la dignité et le refus de vivre en étant dépendant. Ceux qui, comme moi, ont approché professionnellement et familialement ces  difficultés, savent qu’un feu vert à la mort anticipée comporterait de grands risques dans des familles en situation de détresse. Mieux vaut se focaliser sur le soutien à leur apporter davantage que sur des propositions mortifères.

Source :

O'Dwyer ST, Moyle W, Taylor T, Creese J, Zimmer-Gembeck MJ. Homicidal ideation in family carers of people with dementia. Aging Ment Health. 2016 Nov;20(11):1174-1181.

Pays-Bas : stop avant le précipice

7 Avril 2017, 05:43am

Publié par Bernard Pradines

Décès médicalement assistés ou soins palliatifs. Une question de choix ?

17 Mars 2017, 06:29am

Publié par Louis Lacaze

En septembre 2015, l’Etat de Californie et le Royaume-Uni ont examiné un projet de loi pratiquement identique visant à autoriser les décès médicalement assistés. Le projet a été voté en Californie et rejeté au Royaume-Uni. Les médecins américains ont recherché des explications permettant de comprendre cette approche variable de la fin de vie dans des pays différents.

Tout d’abord, ils ont noté qu’historiquement les Américains considèrent avec une certaine méfiance le gouvernement, l’administration, les soins médicaux de plus en plus complexes et  agressifs. Ils mettent en avant la liberté individuelle et la possibilité de faire des choix personnels jusqu’à la fin de la vie.

Des études ont montré que cette approche où l’autonomie du malade est prioritaire reléguait au second plan les soins palliatifs dans les établissements de santé.  Les malades ne recevaient que peu d’informations sur les soins disponibles, les médecins négligeaient leur devoir d’informer et de guider leurs patients et couraient le risque de les abandonner alors qu’ils étaient particulièrement vulnérables.

Les Britanniques ont une expérience des soins palliatifs déjà ancienne et jugent que se tourner vers le suicide assisté est un constat d’échec. Logiquement, ils ont donc refusé une solution qu’ils considéraient de facilité pour veiller en priorité à apporter un soutien médical et psychologique de qualité aux malades.

L’auteure de l’article présenté ici a pu noter que, dans les états américains autorisant les décès médicalement assistés, il n’y avait que peu de demandes, qu’il était parfois difficile de trouver un médecin acceptant de prescrire un produit mortel. Elle pense que la recherche d’une mort digne ne passe pas obligatoirement par  l’autorisation du suicide médicalement assisté mais plutôt par la mise à la disposition de tous d’une infrastructure de soins palliatifs de qualité.

Une contribution du Dr Laura Petrillo aborde le problème sous un angle  différent : revient-il au praticien de prendre les devants ? La question se pose surtout pour les malades qui n’ont pas rempli de directives anticipées, ceux qui ne se retrouvent pas sur un pied d’égalité avec leur médecin. Soit ils se sentiront sécurisés puisque celui-ci aborde librement le sujet, soit ils se sentiront abandonnés, auront l’impression que leur vie n’a que peu de valeur, que l’avenir est si sombre qu’une mort rapide est préférable. Un dernier élément doit être pris en compte : le système de valeurs du praticien  ne correspond pas obligatoirement à celui du patient, même s’il présente un profil permettant d’envisager un décès médicalement assisté.

Source :

Elizabeth Dzeng 

Dr Laura Petrillo MD