Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Articles avec #soins palliatifs

Décès médicalement assistés ou soins palliatifs. Une question de choix ?

17 Mars 2017, 06:29am

Publié par Louis Lacaze

En septembre 2015, l’Etat de Californie et le Royaume-Uni ont examiné un projet de loi pratiquement identique visant à autoriser les décès médicalement assistés. Le projet a été voté en Californie et rejeté au Royaume-Uni. Les médecins américains ont recherché des explications permettant de comprendre cette approche variable de la fin de vie dans des pays différents.

Tout d’abord, ils ont noté qu’historiquement les Américains considèrent avec une certaine méfiance le gouvernement, l’administration, les soins médicaux de plus en plus complexes et  agressifs. Ils mettent en avant la liberté individuelle et la possibilité de faire des choix personnels jusqu’à la fin de la vie.

Des études ont montré que cette approche où l’autonomie du malade est prioritaire reléguait au second plan les soins palliatifs dans les établissements de santé.  Les malades ne recevaient que peu d’informations sur les soins disponibles, les médecins négligeaient leur devoir d’informer et de guider leurs patients et couraient le risque de les abandonner alors qu’ils étaient particulièrement vulnérables.

Les Britanniques ont une expérience des soins palliatifs déjà ancienne et jugent que se tourner vers le suicide assisté est un constat d’échec. Logiquement, ils ont donc refusé une solution qu’ils considéraient de facilité pour veiller en priorité à apporter un soutien médical et psychologique de qualité aux malades.

L’auteure de l’article présenté ici a pu noter que, dans les états américains autorisant les décès médicalement assistés, il n’y avait que peu de demandes, qu’il était parfois difficile de trouver un médecin acceptant de prescrire un produit mortel. Elle pense que la recherche d’une mort digne ne passe pas obligatoirement par  l’autorisation du suicide médicalement assisté mais plutôt par la mise à la disposition de tous d’une infrastructure de soins palliatifs de qualité.

Une contribution du Dr Laura Petrillo aborde le problème sous un angle  différent : revient-il au praticien de prendre les devants ? La question se pose surtout pour les malades qui n’ont pas rempli de directives anticipées, ceux qui ne se retrouvent pas sur un pied d’égalité avec leur médecin. Soit ils se sentiront sécurisés puisque celui-ci aborde librement le sujet, soit ils se sentiront abandonnés, auront l’impression que leur vie n’a que peu de valeur, que l’avenir est si sombre qu’une mort rapide est préférable. Un dernier élément doit être pris en compte : le système de valeurs du praticien  ne correspond pas obligatoirement à celui du patient, même s’il présente un profil permettant d’envisager un décès médicalement assisté.

Source :

Elizabeth Dzeng 

Dr Laura Petrillo MD 

Euthanasie contre la volonté du patient ?

10 Mars 2017, 06:39am

Publié par Bernard Pradines

La revue en ligne « Gènéthique » fait état d’une euthanasie qui aurait été pratiquée aux Pays-Bas contre la volonté de la patiente.

A ce propos je suis frappé par la difficulté des participants, lors de mes conférences-débats et formations de professionnels, à définir l’euthanasie. Beaucoup avancent la technique employée, d’autres ne situent pas ce geste dans des conditions précises de diagnostic, de pronostic, de légalité et de modalités. Surtout, c’est la demande de la personne qui est oubliée, confondant ainsi l’homicide et l’euthanasie.

Si l’on écoute l’ONFV (Observatoire National de la Fin de Vie) dans son rapport de 2011, la définition suivante de l’euthanasie devrait être retenue : « un tiers met intentionnellement fin à la vie d’une personne à sa demande, afin de faire cesser une situation qu’elle juge insupportable ».

L’ONFV poursuit un peu plus loin dans le même rapport en précisant cette définition :

 « Euthanasie et suicide assisté sont donc tous deux caractérisés par une demande explicite du patient de mourir, mais dans le second cas l’assistance du médecin se limite à prescrire et/ou fournir à la personne concernée les médicaments qui lui permettront de se donner la mort. »

Ainsi, il n’existerait jamais d’euthanasie « contre la volonté de la patiente ».

Sources :