Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

GérontoLiberté

Communiquer un pronostic reste un exercice périlleux

27 Février 2018, 06:21am

Publié par Louis Lacaze

Il arrive trop souvent qu’un médecin reporte le plus tard possible la discussion avec un malade à qui la médecine ne peut plus rien apporter. Retarder cette conversation ne va pas atténuer le choc qui va inévitablement se manifester. Lorsque le décès sera proche, le patient n’aura plus l’énergie de prendre les décisions importantes à ses yeux et regrettera de ne pas avoir pu réaliser ses derniers désirs.

Quelles sont les attentes du patient en fin de vie ? Il exige une franchise totale. Ne lui dites pas que vous ne pouvez pas deviner comment son cas va évoluer. Il ne va pas exiger une réponse définitive et catégorique mais il veut savoir quelles sont les probabilités de l’évolution de son état de santé en se basant sur les statistiques. Le patient veut se préparer à  envisager une issue positive ou négative. Il veut éviter les faux espoirs et les traitements inutiles.

L’information doit venir du médecin traitant, non d’un météore de passage qui ne sera pas écouté si le pronostic est pessimiste. Les mots doivent être choisis avec soin. Une information brutale ne peut plus être atténuée. Dire à un malade qu’on arrête la chimiothérapie, qu’il n’y a plus rien à faire, sortir de la chambre en le laissant en larmes manque pour le moins de subtilité. Une approche différente est suggérée : « la chimiothérapie n’est pas aussi efficace que nous l’espérions, elle est très pénible à supporter, nous allons arrêter le traitement pendant huit jours et nous ferons le point à ce moment-là ». Ce délai permettra au patient d’absorber le choc, de comprendre qu’il risque de perdre la bataille et de voir la réalité en face.

Un dernier point reste à souligner. Le patient a besoin de vous. Il sait que vous n’êtes pas la seule personne dont il doit s’occuper mais il doit être rassuré sur l’existence d’une totale collaboration entre les différentes personnes du service. Il ne doit  pas avoir la hantise de voir débarquer un inconnu qui ne l’a pas suivi et qui risque de ne pas suivre vos prescriptions.

Commentaires de Bernard Pradines : je partage les opinions exprimées dans la deuxième partie de ce texte. Je suis davantage réservé sur la première qui trace une voie trop univoque et pas assez personnalisée. Elle nous montre un chemin désirable mais loin d'être toujours réalisable.

Source : Linda Haller

EHPAD : le défi de la dépendance sur LCP

25 Février 2018, 06:14am

Publié par Bernard Pradines

Personnel à bout de souffle, pensionnaires qui se sentent « oubliés » : faute de moyens, les 7.000 Ehpad de France n´arrivent pas à assurer un lieu de vie décent aux personnes dépendantes. La ministre de la santé Agnès Buzyn a débloqué 160 millions de budget supplémentaire en 2018, mais le geste n´a pas calmé la colère du personnel. 
Une équipe de LCP-Le Mag a filmé la détresse des patients, le découragement des soignants, mais aussi la mission parlementaire de l´Assemblée, qui fait le tour des initiatives positives, avant de faire des propositions au ministère. Un lourd défi : il y aura 5 millions de personnes dépendantes en 2050. 

Un magazine de Marion Chatelin diffusé le 17 février 2018:

Patrick Pelloux : une génération montante de vieux locataires dans les EHPAD ?

23 Février 2018, 06:52am

Publié par Bernard Pradines