Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Maintenir et améliorer la communication des personnes âgées

28 Juin 2016, 05:09am

Publié par Jérôme Goust

Maintenir et améliorer la communication des personnes âgées

Par Jérôme Goust*

La rupture de communication chez les personnes âgées peut avoir de multiples causes : la malentendance qui touche la plupart d'entre elles, mais aussi la baisse de l'agilité mentale allant jusqu'aux troubles cognitifs, la baisse des capacités d'attention ou la fatigabilité, et bien d'autres pathologies (parkinson...) qui impactent le maintien du lien social.

Vie quotidienne et audition (www.l-ouie.fr) a réalisé avec quatre EHPAD[1] du Tarn et l'USLD[2] du Centre Hospitalier de Cahors une étude intitulée "Maintenir le lien social chez les personnes âgées", sur la base d'essais d'un dispositif de communication simple (micro + casque), en lien avec l'équipe ORL du CHU Purpan de Toulouse et l'école d'audioprothèse de Cahors (Lot, France), et avec le soutien de l'ARS[3] régionale.

Des résultats positifs : satisfaction des résidents comme des personnels

  • pour les résidents : en maintenant une communication optimale et en leur permettant de participer à des activités de groupe plus facilement, avec plus de plaisir. Et même de remettre en communication des personnes repliées sur elles-mêmes.  D'où une plus grande satisfaction.
  • pour les personnels des établissements - animatrices, infirmières, psychomotriciens - qui  l'ont utilisé et y ont trouvé une amélioration de leurs conditions de travail : voix moins fatiguée, satisfaction des résultats, qualité relationnelle pour les professionnels et les accompagnants.

En améliorant la qualité du son reçu, on améliore toutes les composantes des capacités de compréhension, et donc la qualité de la communication.

Un outil pour les orthophonistes :

Virginie Talou, orthophoniste et présidente de CAPLI81[4], a utilisé le dispositif avec un patient de 89 ans atteint de maladie de Parkinson et malentendant moyen. Les résultats ont été immédiats : amélioration de la compréhension des consignes pendant les exercices de détente (mouvements du cou) améliorant de fait l'efficacité de ces exercices, augmentation du confort vocal de l'orthophoniste (moins besoin de parler fort), possibilité de proposer des textes en lecture indirecte sans lecture préalable par le patient, et grande satisfaction de la personne.

Le compte-rendu résumé et le rapport complet de cette étude sont disponibles auprès de « Vie quotidienne et audition » par courriel  vqa@l-ouie.fr ou via le site www.l-ouie.fr, ainsi que les propositions d'action et de formation pour améliorer la communication des personnes âgées

* Jérôme GOUST est consultant "vie quotidienne et audition", journaliste-écrivain, malentendant, enseignant aux Ecoles d'audioprothèse de Paris et Cahors, ancien coordinateur du Bus de l'Audition, ancien Président de la Journée Nationale de l'Audition.

jerome.goust@wanadoo.fr

www.l-ouie.fr

 

 

[1] EHPAD : anciennement maisons de retraite

[2] USLD : Unité de Soins de Longue Durée

[3] ARS ; administration française de santé : « Agence Régional de Santé »

[4] CAPLI81 : COMMUNICATION ACTION PREVENTION LANGAGE INFORMATION 81

Votre vision de la vieillesse est négative ? Vous risquez de le payer cher…

24 Juin 2016, 05:48am

Publié par Louis Lacaze dit Papi et Bernard Pradines

Une équipe de chercheurs américains de l’université de Yale vient de publier ses travaux à partir de deux enquêtes publiées dans la revue Psychology and Aging.

La première étude a demandé à 158 quadragénaires en bonne santé de répondre à un questionnaire permettant de définir s’ils avaient une perception positive –ou négative – de la vieillesse. Vingt-cinq ans plus tard, à l’âge moyen de 68 ans, une imagerie IRM a de nouveau été effectuée : on a pu noter une diminution du volume de l’hippocampe, aspect associé à la maladie d’Alzheimer, nettement plus importante chez les sujets qui avaient de la vieillesse une perception négative que dans le groupe à la vision positive.

Dans une deuxième étude, d’autres signes de la maladie d’Alzheimer ont été recherchés à l’autopsie dans les cerveaux de personnes décédées dont l’attitude face à la vieillesse avait été mesurée antérieurement. Les résultats ont confirmé ceux de l’étude précédente avec davantage de plaques amyloïdes et de dégénérescence neurofibrillaire dans le groupe des négatifs.

Si les chercheurs ne vont pas jusqu’à établir une relation de cause à effet, ils reconnaissent qu’une vision positive de la vieillesse apporte une protection et donc que la société doit veiller à en donner une image positive.

Une autre étude, publiée aussi en décembre 2015 ne manque pas d’intérêt : une perception négative de la vieillesse s’accompagnerait d’un risque accru de diminution des capacités mémorielles et des capacités auditives.

Commentaires de Bernard Pradines :

Ces résultats d’études ne sont pas surprenants dans la mesure où ils retrouvent une corrélation entre la survenue de troubles cognitifs et une vision pessimiste de la vieillesse. Celle-ci peut évoquer le stress et surtout la dépression. Cette dernière, surtout quand elle est de longue durée,  est connue pour être associée au risque de présenter une démence lors de l’avance en âge. Par ailleurs, il existe un sérieux soupçon sur la précocité des lésions  (plaques amyloïdes et dégénérescence neurofibrillaire) qui ne sont correctement constatées que lors des autopsies. De plus, corrélation ou association ne sont pas synonymes de causalité. Ainsi, une vision négative ne serait-elle  pas causée par d’autres facteurs connus ou non (facteurs confondants ou facteurs de confusion) pour favoriser la survenue d’une démence, tels qu’un niveau socio-éducatif faible. Enfin, la présence de lésions spécifiques précoces indétectables naguère par imagerie, constatées seulement à l’autopsie tardive, ne serait-elle pas inductrice de dépression par un mécanisme neurologique ou réactionnel (causalité inverse) ?  

Encore de nombreuses questions avant des conclusions définitives.

 Source :

Un article de Time Your Attitude About Aging May Impact How You Age

http://time.com/4138476/aging-alzheimers-disease/?xid=newsletter-brief

Les dix commandements : des indices pour comprendre notre culture ?

21 Juin 2016, 05:42am

Publié par Bernard Pradines

Les dix commandements de la Bible font partie de notre culture, au-delà de nos opinions. Ils nous parlent aussi des personnes âgées ; ou plutôt des relations à établir avec nos parents qui deviennent désormais presque toujours âgés.

Si l’on se réfère au texte publié par la conférence des évêques de France, c’est le quatrième commandement qui concerne notre propos :

« Honore ton père et ta mère, afin d’avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu. »

Bien sûr, cette phrase recèle de nombreuses questions conséquentes : qu’entend-on par « honorer » ? Parmi les réponses, ceci pourrait-il signifier, à notre époque, « ne pas les placer en établissement ? » Si tel était le cas, notre culture intégrerait une valeur en contradiction avec les nécessités d’aujourd’hui.

Autre remarque : cette prescription fait partie du seul commandement qui prévoie une récompense. Ici : "avoir longue vie sur la terre."

Seul le premier et le deuxième commandement sont plus sévères car ils prévoient aussi une peine.

Source :