Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GérontoLiberté

Humanitude ?

31 Juillet 2013, 10:10am

Publié par Bernard Pradines

Humanitude ?

Le mérite de toute méthode alternative a été d'amener un peu d'oxygène dans un monde soignant perplexe, pris de plein fouet par l'organisation hâtive des soins qui étaient hier prodigués par les familles. Ceci bien sûr dans un schéma de type entrepreneurial, c'est-à-dire fondé sur le travail collectivisé et l'efficience.

Il s'agit pour moi d'une mutation sans précédent, faisant basculer en quelques décennies les soins aux aînés de la compassion familiale à l'effectivité en établissement ou à domicile. Des mauvaises langues ont pu évoquer une forme de passage de l'artisanat à l'industrie avec 150 ans de retard sur la production des biens matériels. Autant dire, dans cette perspective, qu’une humanisation de l’usine est urgente.

Dans un contexte de fragilisation de la famille (les manifestations de rue récentes ne sont-elles pas d’abord des expressions de cette détresse ?), le travail salarié est désormais venu au secours des tâches familiales en se substituant à leurs pourvoyeuses habituelles.

Malaise donc. Découragement devant des formations initiales déconsidérées car moralisatrices, idéalistes, techniques et grossièrement décalées par rapport à la réalité.

Yves Gineste et Rosette Marescotti ont eu le mérite d'apporter une perspective –l’Humanitude- qui a souvent enthousiasmé celles et ceux qu'elle a séduits

Leur remise en cause des poncifs et des hiérarchies pédagogiques ainsi que leur vision critique de la situation ont ouvert des perspectives insoupçonnées. Pour leurs détracteurs, ils ont provoqué une moindre attention aux autres voies d'amélioration en particulier dans le domaine de la lutte contre les réductions de personnels et pour accroître leur nombre ainsi que pour les autres méthodes de soins proposées ici ou là. Ils ont dû faire des concessions aux potentats locaux et nationaux.

En conclusion, il me semble que nous ne pouvons pas avoir un jugement global comme j’en lis trop souvent : tout bien ou tout mal.

N’enlevons rien à leurs mérites mais gardons aussi un esprit critique. N’est-ce pas aussi le fil conducteur de Rosette et d’Yves ?

Voir l’adresse :

http://www.igm-formation.net/index.php?option=com_content&task=view&id=20&Itemid=39

60 ans : un âge à géométrie variable ?

27 Juillet 2013, 07:54am

Publié par Auguste

 60 ans : un âge à géométrie variable ?

Une citation courte et instructive d’un texte de Jérôme Pellissier paru dans le Monde Diplomatique de juin 2013 sous le titre « A quel âge est-on vieux ? »

« Qui souhaite convaincre qu'il faut repousser l'âge de la retraite oublie les métiers pénibles, et insiste sur le fait qu'on est « encore jeune » à cet âge. Lorsque, en revanche, on cherche à exclure de certains dispositifs d'aide des personnes en situation de handicap et de perte d'autonomie, celles-ci deviennent des « personnes âgées » à 60 ans, et leur handicap se transforme officiellement en « dépendance » (moins indemnisée). Les sexagénaires seront donc jeunes ou vieux selon ce qu'on veut en faire : des actifs rentables ou des handicapés moins coûteux. »

Alzheimer

25 Juillet 2013, 13:42pm

Publié par Bernard Pradines

http://vimeo.com/3825131

Un reportage qui mériterait d'être diffusé auprès de tous les aidants potentiels ou actuels en leur offrant la possibilité d'y réagir en groupe.

Pour vous encourager à le visionner, on y trouve entre autres pêle-mêle :

- La petite histoire qui rejoint la grande Histoire,

- Des personnes qui mettent des mots sur des sentiments, qui ont l’habitude de la caméra,

- Les mécanismes du déni explicité, la toxicité du doute mais aussi son rôle protecteur, les modalités de la révélation du diagnostic, le rôle cathartique de la parole.

- Des métaphores et des récits dignes d'Alberto Moravia,

- Des identifications qui collent à notre époque : une conjointe qui devient "PDG d’une PME" et pointe l'importance d’une société aidante mais aussi sa propre ambivalence d'épouse vis-à-vis de l’aide, sa description de l'évolution foudroyante de notre société de la famille communautaire rurale vers la famille nucléaire citadine,

- La symptomatologie qui saute aux yeux du médecin dont l’écholalie, la palilalie et l'apraxie,

- Les chevauchements de la dimension émotionnelle, du vécu impénétrable et de l’attitude professionnelle,

- Une conjointe qui n'est pas n’importe quel témoin du fait de ses capacités cognitives et métaphoriques voire poétiques.